Lutte contre les rodéos motorisés : nous légiférons !

Lutte contre les rodéos motorisés : nous légiférons !

La recrudescence du phénomène des rodéos motorisés, souvent en milieu urbain mais aussi en milieu rural, suscite l’exaspération de nombre de nos concitoyens, d’élus locaux et surtout des forces de l’ordre, démunies face à ce phénomène qui engendre une insécurité et des nuisances sonores importantes dans l’espace public. Je l’observe hélas moi-même régulièrement dans ma circonscription des Hauts-de-Seine, à Bagneux, Malakoff et Montrouge.

Ce constat s’accompagne de l’indignation provoquée par la très faible prévention et répression dont font l’objet ces comportements. Nombre d’arrestations n’aboutissent que rarement au prononcé de suites judiciaires dissuasives. Cela aggrave l’exaspération de nos concitoyens ainsi que des policiers et gendarmes qui assistent parfois impuissants à la multiplication de ces rodéos motorisés dangereux pour tous ceux qui fréquentent l’espace public.

C’est la raison pour laquelle je suis cosignataire de la proposition de loi conjointe LaREMet MoDem renforçant la lutte contre les rodéos motorisés. Celle-ci sera prochainement débattue à l’Assemblée nationale. Vous pouvez retrouver le calendrier des discussions sur ce lien, ainsi que le texte de la proposition de loi ici.

L’article unique propose une définition claire d’un délit spécifique plus facilement caractérisable pour les forces de l’ordre ainsi que la répression de l’incitation et de l’organisation de rodéos motorisés. Des peines complémentaires sont également prévues notamment en cas d’imprégnation alcoolique ou d’usage de produits stupéfiants par le conducteur. Par ailleurs, a n de prévenir la réitération de tels comportements, il est proposé la confiscation obligatoire du véhicule ayant servi à commettre l’infraction par le juge, si la personne est propriétaire ou a la libre disposition de l’engin motorisé. Enfin, et c’est un point important, les policiers et les gendarmes pourront décider de l’immobilisation administrative du véhicule en infraction.

En tant que législateurs, nous nous devions d’adapter l’arsenal législatif pour contrer durablement ces atteintes répétées à la tranquillité et à la sécurité publiques ainsi que les risques qu’ils représentent en matière de sécurité routière.

Image liée à cet article sous licence CC0 Creative Commons.

Recevez les actualités de votre Députée Laurianne ROSSI

Votre e-mail