Politique de la ville : remettre nos quartiers en marche !

Politique de la ville : remettre nos quartiers en marche !

Refonder notre politique de la ville

Malgré des succès locaux, la politique de la ville, qui vient de fêter ses 40 ans, n’a pas atteint son objectif : réduire les inégalités sociales et territoriales. Les chiffres sont éloquents :

  • 25 % de chômage dans les 1 200 quartiers prioritaires, contre 9,5 % au niveau national
  • 21 % d’emploi précaire chez les salariés (13 % au niveau national)
  • 42 % des foyers touchés par la pauvreté (3 fois plus qu’au niveau national)

Et ce alors que 411 millions d’euros de crédits étaient consacrés en 2017 aux quartiers Politique de la ville, dans lesquels vivent 5,5 millions de nos concitoyens.

À Bagneux par exemple, qui compte 3 quartiers « politique de la ville » – Abbé Grégoire Mirabeau, Tertres Cuverons et Cité des Musiciens (Pierre Plate) – le taux de chômage est supérieur à la moyenne nationale, à 16,5 %, mais aussi à la moyenne dans les Hauts-de-Seine (11 % de la population active).

Il est donc urgent de changer de paradigme afin de lutter contre cette assignation à résidence dans les quartiers, autour d’une nouvelle méthode qui mobilise tous les Ministères, mais aussi les habitants et les associations, afin de remettre la République au cœur de ces territoires.

C’est tout le sens de la mission confiée à Jean-Louis BORLOO, acteur emblématique de la rénovation urbaine, dont le plan d’actions et d’investissements dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville a été présenté au Président de la République le 26 avril dernier.

 

La France, une chance

Un mois après la remise de ce rapport, le Président de la République annonçait le lancement du plan « La France, une chance » à l’Élysée. J’étais présente à ses côtés pour soutenir ce changement radical dans notre manière d’appréhender le rétablissement de l’égalité des chances dans nos quartiers :

  • Un changement de vision : la politique de la ville doit être un retour des politiques de droit commun et non une politique à part, « une politique d’émancipation et de dignité » comme l’a expliqué le Président ;
  • Un changement de méthode : mobiliser tous les acteurs autour de projets locaux au lieu de réinventer de grands dispositifs qui viennent d’en haut ;
  • Un changement de rythme : prendre des engagements concrets et vérifier les avancées régulièrement au lieu de lancer un grand plan et de dresser le bilan 3 ans plus tard.

Le Président de la République a ainsi rappelé les actions d’ores et déjà mise en œuvre (dédoublement des classes de CP/CE1 en zone REP et REP+, lancement des emplois francs et de la Police de sécurité du quotidien) et annoncé les 3 piliers qui orienteront l’action de l’État dans les quartiers prioritaires :

  1. Garantir les mêmes droits à tous, mais des droits réels: en matière de sécurité comme de logement et d’équité territoriale, le Gouvernement sera mobilisé pour le déploiement d’agents de sécurité supplémentaires d’ici 2020, mettre en œuvre un plan de lutte contre le trafic de drogue ou encore lancer l’opération « Cœur de quartier » en juillet prochain
  2. Favoriser l’émancipation pour que chacun puisse choisir sa vie: parce que l’éducation, l’emploi et la formation sont à la source du choix de chacun à sortir de sa condition sociale, 1 000€ seront consacrés par l’État par place pour développer la construction de crèches, 30 000 stages proposés aux élèves de 3ème à la rentrée 2018, les emplois francs lancés le mois dernier seront généralisés
  3. Faire République: la formation des enseignants en matière de lutte contre le racisme et l’antisémitisme sera renforcée, de même que la lutte contre les discriminations notamment dans les entreprises avec des première phases de testing dans les entreprises en 2019, avant la généralisation en 2020. Enfin, en matière de lutte contre la radicalisation, le Président a expliqué que « il faut construire des héros républicains qui viennent des quartiers, auxquels ces jeunes puissent s’associer ; donner à notre jeunesse d’autres modèles »

Mobilisée pour nos quartiers 

Vice-Présidente du groupe d’étude parlementaire « Villes et Banlieues » et membre du groupe de travail « Politique de la ville », je participe activement à la refonte de la politique de la ville. Notre objectif est de contribuer à la réflexion du Président de la République en travaillant à l’élaboration de propositions nouvelles et audacieuses pour nos quartiers.

Pour cela, nous devons pouvoir nous appuyer sur l’expérience et les idées des acteurs (institutionnels, associatifs, privés) mobilisés depuis plusieurs années sur le sujet. Je réunissais ainsi il y a un mois à la Questure, avec d’autres Députés La République En Marche ! les membres du Club XXIe siècle, Mozaïk RH, Nos Quartiers ont du Talent, Les Entretiens de l’Excellence, Viens voir mon taf ainsi que de l’incubateur HEC qui travaillent activement au rétablissement de l’égalité des chances et à l’accès à l’emploi dans les quartiers Politique de la Ville (photo d’illustration).

Ces échanges permettent de dessiner des pistes concrètes d’action pour le futur.

Mais il nous faut également les confronter aux réalités de nos territoires et de nos quartiers, en étant régulièrement au contact des habitants de nos villes.

C’est que je m’attache à faire en allant chaque semaine à la rencontre des habitants, associations, amicales, élus, écoles et entreprises de Bagneux, Malakoff et Montrouge, pour vous associer à ce sujet majeur pour notre bien vivre-ensemble.

Recevez les actualités de votre Députée Laurianne ROSSI

Votre e-mail