Déconfinement : toutes les mesures à compter du 11 mai

En circonscription
Déconfinement : toutes les mesures à compter du 11 mai

Le Premier ministre Édouard Philippe et 6 autres ministres ont présenté en détail, ce jeudi 7 mai, le plan de déconfinement aux Français.

Une priorité : maintenir l’équilibre entre la reprise d’une vie normale et le respect des mesures sanitaires pour empêcher la reprise de l’épidémie.

La première phase du plan, qui sera mise en application à partir du 11 mai, devrait durer jusqu’au 2 juin pour vérifier que les mesures mises en œuvre permettent de limiter l’épidémie. Le gouvernement proposera ensuite une seconde phase de 3 semaines, qui devrait nous amener au début de l’été.

Un déconfinement progressif et une vigilance renforcée

Grâce aux effets positifs du confinement, la majorité des départements sont en vert dans la carte présentée le 7 mai. Ces cartes vont continuer de nous guider les prochaines semaines. Elles présentent des données fiables et solides mais l’épidémie reste très évolutive.

Si les départements verts se maintiennent dans les trois prochaines semaines, il sera possible d’y envisager une nouvelle étape comme la réouverture des lycées, cafés et restaurants.

Le Premier ministre a indiqué qu’une vigilance particulière sera appliquée en Ile-de-France, où le nombre de cas baisse mais reste élevé, à Mayotte où le nombre de cas est faible mais en augmentation.

Ainsi, le déconfinement sera retardé à Mayotte et la discipline devra être renforcée en Ile-de-France, une région dense, peuplée où les échanges sont nombreux. Ainsi, dans les Hauts-de-Seine et toute l’Ile-de-France, le déconfinement obéira encore à certaines restrictions :

  • Les parcs et jardins demeurent fermés
  • Les collèges ne réouvriront pas le 2 juin.
  • Dans les transports en commun, des règles strictes seront mises en œuvre : ils seront réservés aux heures de pointe aux personnes munies d’une attestation employeur ou aux motifs impérieux de déplacement (toutes les informations ici). L’objectif étant de permettre à ceux qui le doivent de se déplacer en assurant la protection des usagers et des personnels de transports. Le télétravail reste la règle pour tous ceux qui le peuvent ainsi que la pratique d’horaires décalés. Le masque sera obligatoire dans les transports. L’offre de transports interrégionaux restera réduite afin de limiter le brassage des populations. En outre, l’accès à un TGV sans autorisation, sans l’utilisation du masque ou encore aux transports franciliens sans attestation, pourra faire l’objet d’une verbalisation de 135 euros.

La liberté de circulation rétablie

À partir du lundi 11 mai, la liberté de circulation sera rétablie et il sera possible de se déplacer sans restriction ni attestation dans son département, quel que soit celui dans lequel on réside.

Des mesures contribuant à limiter la propagation du virus resteront par ailleurs en vigueur comme la nécessité de fixer une limite de 100 km de son domicile à vol d’oiseau pour les déplacements en dehors de son département, sauf motif professionnel ou familial impérieux. Une nouvelle attestation sera disponible sur le site du Ministère de l’Intérieur.

Pour l’instant, dans cette première phase, si les Français pourront de nouveau sortir et aller travailler, les rassemblements demeurent limités à 10 personnes maximum.

La pratique sportive est de nouveau autorisée mais demeure encadrée. Si les sports collectifs (football, rugby, etc.) restent interdits, tout comme les disciplines de contact (judo, boxe, etc.) ne permettant pas une distanciation suffisante, les associations et clubs peuvent proposer à leurs adhérents une pratique adaptée, c’est-à-dire respectant les gestes barrières et cette fameuse distanciation, dans un stade ou un équipement ouvert.

Il n’y aura pas de confinement obligatoire pour les plus vulnérables après le 11 mai, même en Ile-de-France, mais il est demandé aux personnes les plus fragiles de respecter les gestes barrière et les mesures de protection sanitaire.

Ecoles : des milliers d’élèves de retour en classe

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, a rappelé la nécessité d’une reprise sur les plans pédagogique et social pour lutter contre le décrochage scolaire, surtout pour les plus jeunes enfants.

Chaque enfant se trouvera dans l’une des quatre situations suivantes : à l’école en petit groupe de 15 en élémentaire et 10 en maternelle ; à l’étude ; dans des locaux périscolaires pour pratiquer des activités sportives ou culturelles ; à la maison dans le cadre de l’enseignement à distance.

Une prime de 1 500 euros pour les personnels des EHPAD

En complément des nombreuses aides mises en place par le Gouvernement et le Parlement, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé le versement d’une prime défiscalisée aux personnels des EHPAD.

Le soutien aux entreprises et la sécurité renforcée des salariés

De son côté, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, a rappelé l’engagement de l’Etat pour soutenir les entreprises françaises et a annoncé l’annulation des charges patronales afin de relancer l’activité économique.

La reprise d’activité est essentielle pour l’économie et la protection des emplois, mais elle doit se faire dans des conditions sanitaires pleinement sécurisées pour les salariés.

Pour y parvenir, le ministère du Travail a construit, en lien avec les professionnels et soumis à la consultation des partenaires sociaux, une soixantaine de guides métiers et guides sectoriels. Un guide sera notamment édité pour aider les entreprises à poursuivre ou à mettre en place le télétravail.

Un point d’étape envisagé fin mai pour engager une nouvelle phase.

Au cours du mois de mai, le Gouvernement continuera d’adapter ce plan national pour le décliner au plus près des réalités locales. Il s’agira de poursuivre le dialogue avec les élus locaux et d’apprendre les difficultés qui se font ressentir.

@Visactu